170402_kelly_DACP

Largement inspiré par les racines de la folk américaine, du rock et des musiques du monde, Gadjo Loco propose un road-trip musical métissé qui vous entrainera à travers les grands espaces américains, dans des pubs irlandais surchauffés ou lors de soirées ardentes dans les contrées les plus exotiques.

Groupe de folk lyonnais, Gadjo Loco arpente les rues et les scènes depuis 2008 avec toujours le choix affirmé et le pari réussi d’une musique strictement instrumentale.

Une aventure à vivre sur scène, électrique et éclairée, ou en acoustique, autour de compositions toujours aussi riches que variées, pour une musique festive et sans frontières.

Tout au long de leur huit années d’existence, les gadjos ont su se forger une personnalité musicale forte et un public aussi large qu’éclectique. Originaires de Lyon, ils ont réalisés de nombreuses dates sur les scènes de la région Rhône-Alpes et en tournées estivales dans toute la France. On les a même vus sur quelques scènes Londoniennes et en Suisse.

Quatre albums (17 000 exemplaires pressés), ont permis au groupe d’affiner sa proposition musicale et d’évoluer à mi-chemin entre les scènes de musique folk, de musique du monde, de jazz et de musique actuelle.

Et puis si l’envie vous prend d’aller flâner en ville par une journée ensoleillée, il se pourrait que vous les croisiez à faire transpirer le macadam des rues ou les pavés d’une place.

IMG_9061_DxO-e1454099685635

Co-plateau intimiste et touchant pour une douce soirée.

P.A.F. : 5/8€

Rev Galen

Catherine Hershey / voix
Gilles Poizat / voix, guitare, trompette
poèmes de Galen E. Hershey (écrits entre 1946 et 1976

http://gillespoizat.free.fr/revgalen.html


« Des comptines réverbérées, poussées l’oeil grand ouvert dans l’oeil du diable,
et dont la grande douceur étrange et le charme (inquiet) cachent à peine le caractère ébouillanté. »
Sing Sing (Arlt)
« Une musique folk troublante et touchante, une musique où les ténèbres le disputent aux lumières. »
Alexandre Galand (lesmaitresfous)

Greta Oto

Deux ailes accrochées au fil d’un rasoir.
Deux âmes suspendues à la pointe d’un archet.
Le choix délibéré d’une fragilité évidente,
voix et contrebas


LA COUPE AUX LÈVRES (Jazz, Musique du Monde)

Avec la Coupe aux Lèvres, Laura Tejeda, Antoine Girard et Etienne Roche nous baladent sur les rives du fleuve chant. Leur répertoire propose une traversée de l’Atlantique, de l’Amérique latine – Piazolla, Sosa, Carnota- à l’Espagne dont les sonorités flamencas de Manuel de Falla sonnent lointaines. Chacareras, valses, tango et autres chants vous empoignent et vous laissent après la dernière note cruellement mais délicieusement démunis.

coupe


Laura Tejeda : voix, percussions
Etienne Roche ; contrebasse
Antoine Girard: accordéon

https://www.facebook.com/La-Coupe-Aux-Lèvres-247708608979567/
http://www.dailymotion.com/video/x53riua_tout-1er-concert-chez-etienne-roche_music

 er

Parmi les 8 indispensables de la rédaction du magazine Francofans (février-mars 2016)

« Pinard est un personnage étonnant. Atypique dans le milieu de la chanson. Le genre de personnages qui ne sont pas légion, qui visitent la chanson avec une caisse à outils assez différente de celle des confrères. » Hexagone

« Marrant comme un patronyme risible peut « cacher » un labeur aussi valeureux. Erwan Pinard, de son vrai nom…Erwan Pinard, se distingue en effet grandement avec cet excellent Obsolescence programmée (…) Pinard signe des « lyrics » de haut niveau, digne des plus grands. » Muzzart

« Avec Obsolescence Programmée, Erwan Pinard supplante pas mal d’artistes en colère. Justement parce qu’il maîtrise ses émotions et les libère juste quand il faut. Son disque est parfaitement pensé (…) C’est une sorte de punk tout en retenue, sans impulsion mais avec une rare intelligence dans l’écriture (…) C’est en tout cas du sacré rock’n’roll à la française, celui qui vous fera sauter en l’air, qui vous surprendra, qui ne se laisse pas faire ! Ici, on adore et on en redemande… Jusqu’à l’ivresse. » État Critique

« Le ton est parfait. Épaté, assommé, j’entre dans l’album dont j’aurai beaucoup de mal à sortir tellement… Tellement c’est beau, flamboyant […] En plus d’être un chanteur techniquement très habile et charismatique, Erwan Pinard est un parolier ou poète (comme tu veux) de haut niveau. […] Aussi intense qu’une première nuit d’amour parfaite, avec ses préliminaires, ses montées et ses descentes, ses va-et-vient, ses intensités et ses moments calmes. » Break Musical

« On ne regrettera pas cette propension du chanteur Lyonnais à se concentrer sur ses aigreurs d’estomac, son sucre sur le dos, bref à se regarder le nombril, tant il nous invite ainsi avec talent à voir si par hasard le nôtre ne serait pas lui aussi un tout petit peu infecté. » Blinking Lights

 » Le dernier pamphlet en date d’Erwan Pinard a beau prôner une « Obsolescence programmée », il n’en reste pas moins une de ces albums de garde qui se bonifieront avec les années, un recueil de très belle facture qui conjugue intelligemment vitriol et tendresse mais aussi humour et poésie » Zicazine

« Des textes fort, des mélodies très structurées qui accrochent l’oreille et un message fort pour qui sait lire entre les lignes » Francofans

« Un disque intimiste et précieux » Nouvelle Vague

« Tranquille » en playlist sur La Grosse Radio Rock, classé 30ème sur le réseau Quota [février 2016] Déjà en playlist sur plus de 30 radios.

Collectif Flamenco festif Lyonnais – sept musiciens et un danseur

Nouveau collectif émanant notamment du groupe Los Piratas

P.A.F. : 5/8€

photo_20

‘New Orleans Roots, Jazz & Blues »

Toonah est un plongeon dans un univers uchronique mêlant la moiteur poisseuse des clubs de la prohibition à l’élégance d’un Ballroom de Louisiane.
Puisant avec frénésie dans les racines actuelles et passées du new orleans, du rock et du jazz, la musique de Toonah se fait la bande son d’un vaudeville où se croiseraient Louis Armstrong, Tom Waits et Dr John.

PAF : 5/8 €

toonah

 

June Bug a une approche alternative de la musique folklorique, où les sons électroniques et saturés fusionnent avec les harmonies des voix humaines, des guitares, des percussions et des synthétiseurs. Les paroles et les mélodies correspondent à la personnalité de cette très singulière artiste, Sarah June, auteur-compositeur autodidacte qui, à travers son parcours musical, a traversé le chemin de Beryl, guitariste multi-instrumentiste, qui l’accompagne désormais dans les arrangements musicaux et sur scène.

P.A.F. : 5/8€

Bienvenue dans ce théâtre burlesque. The Dead Brothers, c’est ‘Deadwood’ qui fricote avec ‘American Horror Story : Freak Show’ dans un vieux pays de l’Est de l’Europe. Guimbardes, cornemuses ou autres instruments de l’enfer regorgent de ce cabaret démoniaque. Si le premier morceau nous projette effectivement dans un vieux saloon dégueulasse d’Arizona, la suite prend clairement des sonorités orientales enchanteresses et nous attire dans la roulotte d’une conteuse d’aventure, entouré de tapisseries et boules de cristal. La cover de Brassens ‘La mauvaise réputation’ est particulièrement brillante. A l’heure où les frontières entre pays sont toujours plus difficiles à traverser, The Dead Brothers montrent que c’est beau et que ce n’est pas un vilain mot, le multiculturalisme. 

http://www.daily-rock.com/the-dead-brothers-black-moose

 

Le Bar

Boissons et tarifs de qualité...

Le Plat du Jour

Produits et producteurs locaux...

Les Spectacles

Une proposition culturelle respectueuse...

OGM J'en veux pas No Facebook! No Twitter!